Monument de la Renaissance Africaine.

Monument de la Renaissance Africaine

L’immense statue de bronze de cinquante deux mètres de haut, bâtie sur une colline à l’ouest de Dakar a été inaugurée Samedi 03 avril 2010 par le Président Abdoulaye Wade. Cet évènement va amplifier la polémique entre les partisans et les opposants à la réalisation de cette œuvre. Ces derniers évoquant son gigantisme, son coût trop élevé d’environ quinze (15) milliards de francs CFA.renaissafric.jpg

Il est certain que le dirigeant sénégalais a fait là un choix qui aurait pu être autre, notamment en investissant cet argent pour l’emploi, la formation des jeunes, l’éducation, la culture, l’économie et que sais-je encore … Mais si les africains doivent attendre que tous leurs problèmes soit résolus pour acquérir des monuments, des symboles qui les honorent, alors nous attendrons longtemps, très longtemps.

Depuis la nuit des temps, les monuments comme symboles fédérateurs ou unificateurs des peuples, constituent des moyens de mobilisation psychologiques pour affronter les grands défis en toute confiance, c’est ainsi depuis les Pharaons comme d’ailleurs ceux que l’on admire partout dans le monde. Aucun pays, n’a jamais attendu de régler tous ses problèmes existentiels avant de marquer dans la pierre la fierté de son peuple.

Je dis sans réserve que la réalisation du Monument de la Renaissance Africaine fait la fierté de l’homme noir quelque soit sa situation géographique. Elle montre au monde entier qu’il y a une Afrique en marche qui se libère de la domination et de l’obscurantisme. L’homme, la femme et l’enfant font face au soleil. Quel espoir !

Je dis aussi, à tous mes frères Sénégalais que ce monument nous fait tous entrer dans l’histoire avec un grand « H ». Elle est de loin plus noble que celle que nous avons connu à Brazzaville, par la construction d’un gigantesque mémorial qui accueille actuellement les cendres du premier colon au Congo Pierre Savorgan De Brazza.

abdouwade.jpgLe Président Abdoulaye Wade s’est nettement démarqué des révisionnistes contemporains de l’histoire africaine. Il vient par cet acte, nous ouvrir une porte vers l’avenir, nous appelle à dépasser nos clivages ethniques, philosophiques, politiques et religieuses. Soyons fiers d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire des êtres humains libres.

Par cette réalisation, l’histoire retiendra sans nul doute le nom de Wade comme l’un de ceux qui ont lutté pour la dignité du peuple africain et de sa diaspora.

 

renaissafric02.jpg

A travers cet édifice, j’avoue qu’il y a une partie de ma dignité retrouvée. Merci au peuple Sénégalais, merci au Président Adoulaye Wade.

 

 

Pierre Eboundit - Avril 2010 ©

 


5 commentaires

  1. Le Guepard dit :

    Mon cher Pierrot,
    C’est une connerie qui coûte cher, assez mal appropriée esthétiquement aux valeurs formelles de l’art africain, expression d’un ego démesuré d’un petit chef d’état qui se croit grand …mais ce n’est pas grand-chose comparé aux systèmes de corruption généralisée de toute forme d’économie publique africaine (les milliards encaissés personnellement par les néo BONGO-BIYA-SASSOU et consorts pour les royalties pétrolières) ni si grave que les milliers d’assassinés politiques en Afrique Centrale depuis des décennies de « décolonisation » ni que la politique d’abandon après l’indépendance des ex-Métropoles laissant l’Afrique à ses démons tribalistes et autres, bref un petit os de critique un peu trop facile à ronger et qui empêche de voir les plus gros problèmes…un petit bouclier fiscal sénégalais lequel français oublie de voir chez nous la vychisation de notre vie politique !!!
    Salut camarade :
    Le guépard

  2. Hannibal dit :

    Salut camarade Guépard,

    Il ne manque pas d’arguments pour condamner l’érection de cet édifice. On aurait souhaité qu’il coute moins cher, on aurait aimé que ce pactole soit consacré aux hôpitaux, aux écoles et j’en passe, que sa construction soit plus transparente…

    Tout cela est vrai, mais on ne réalise pas assez ce que représente l’absence de fierté culturelle chez des peuples si meurtris par des drames historiques incomparables. Au lieu de mettre l’argent en Suisse comme ses compères, Wade décide de le mettre dans la pierre, qui plus est, rapportera sur le plan touristique. Même s’il prenait 35%, comme le disent les mauvaises langues, mais le double avantage que cela représente sur le plan identitaire et économique (les 70% autres parts qui restent pour l’Etat), n’est pas rien.

    Il y a sans doute des reproches à faire à Wade sur le plan de la gestion, comparaison n’est pas raison disent les italiens, Wade n’est pas à mettre dans le même camp que des SASSOU-BONGO-BIYA et C° quand même…

    Enfin, camarade, la belle utopie républicaine depuis 1789, à savoir : Liberté-Egalité-Fraternité est-elle devenue si parfaite avant d’avoir bâti tous les monuments qui font, et la fierté française, et les retours économiques en matière de tourisme ?

    Salut camarade.

  3. bony dit :

    salut mon vieux!

    j’ai toujours apprécié tes jugements et ta vision pour l’afrique actuelle et future, mais ton avis trés positif et sans retenu sur l’édification de ce monument me laisse pantois!!. non pas que je sois contre l’édification d’un monument sur la vision future ou l’avenir de l’Afrique, mais plutôt sur la notion du mot monument. nous souhaiterions pour l’avancement de notre continent( déjà trés en retard) d’acquérir des monuments fonctionnnels tels que stade-stèle Félix éboué, statue-lycée Savorgnon de Brazza ou sous ce monument gigantesque, on aurait pu exploiter la base pour faire une grande bibliothèque. bon cela ne m’empêche pas d’apprécier ton argumentation convaicante même si elle va à lopposée de ma vision.
    Bony

  4. Yvon dit :

    Bonsoir Grand Pierrot,
    Personnelement je suis favorable à une telle initiative. Certaines capitales ou villes du Monde (exemple en Europe) regorgent de ce type de monuments historiques…
    Que vous inspire par exemple les Places de la République ou de la Bastille à Paris, sinon une certaine histoire de la France.
    L’important, c’est la prise de conscience des Africains. Le symbole n’est-il pas parfois en important en politique ou pour l’Histoire (les générations futures).
    Yvon MiYAMOU

  5. Obambé GAKOSSO dit :

    Bonsoir tout le monde,

    Voilà un sujet dont je ne pourrais pas dire qu’il me pousse dans mes retranchements tant je n’ai pas d’avis tranché là-dessus.

    Il est coutumier pour certains chefs d’Etat de se lancer dans des travaux liés aux Arts. Des travaux qui leur survivent 50 ans, 500 ans tant que le pays sera là, à moins que la folie des Hommes ne détruise leurs œuvres après eux, comme on confond parfois malheureusement les Hommes et leurs œuvres. Nos ministères de la Culture sont souvent des coquilles vides. Alors si de temps en temps certains présidents se lancent dans ce genre d’entreprises, j’aurais vraiment du mal à les blâmer. Vraiment !

    Le Sénégal n’est pas un pays développé, on le sait tous.
    Le Sénégal n’est pas un pays où au moins 50% de la population mange à sa faim, se soigne décemment, vit décemment. On le sait d’autant plus.
    A ces deux éléments, il faut ajouter le fait que Wade donne parfois des impressions de légèreté dans la gestion des deniers publics par certains de ses proches. Le tout, mis dans une seule marmite donne hélas ! en effet l’impression que le fameux monument tant décrié, celui de la Renaissance africaine est inapproprié, inadapté, inopportun dans ce contexte aussi explosif. Un pays qui a vécu les émeutes de la faim il y a si peu qui se lance dans ce genre d’aventures, pour le bas peuple, ça craint.
    Mais il n’en demeure pas moins qu’une impression demeure une impression, comme un sondage, comme une photo, une image à un instant donné. Essayons de nous projeter dans 100 ans quand nos arrière petits enfants feront le bilan de notre passage.
    Quand le chef de l’Etat se dit initiateur du projet et devra donc toucher 35% des revenus générés par ce monument, c’est du pain béni par une opposition qui n’en demandait pas tant et qui a du remercier Wade pour ce beau cadeau qu’il lui a fait.
    Ce que je peux reprocher au président Abdoulaye Wade, c’est :
    - Le fait de confier la construction du monument de la Renaissance africaine à une entreprise… nord-coréenne. On est en pleine cour du roi Ubu : où est la cohérence ?
    - Le fait justement de toucher les royalties générées par ce monument un jour : si tous les présidents, ministres, chefs de projets, gouverneurs, commissaires aux plans et je ne sais qui d’autre se décidaient de toucher à chaque fois entre 01 et 35% des revenus issus de leurs œuvres, de nouvelles guerres éclateraient chaque semaine dans le monde.
    Non, Monsieur le président, le choix de l’E/se nord-coréenne est une faute de goût. Mais cela doit-il nous surprendre encore avec cet homme qui passe son temps à dérouter tout le monde tous les jours sur tous les sujets possibles ? Quant au fait de toucher l’argent, c’est à mon avis ce qu’il n’aurait jamais du faire. Wade nous donne là fâcheuse impression que l’avocat a repris le pas sur le président. Si un avocat est là pour gagner des sous, qu’il ait procès gagné ou perdu, un chef de l’Etat est au service de son peuple, et non pas pour gagner des sous. Nos Etats devraient même réfléchir là-dessus pour revoir le mode de rémunération de nos princes : méritent-ils vraiment de toucher le moindre likuta sachant que l’Etat leur paie tout, jusqu’aux sous-vêtements ?

    Obambé GAKOSSO

Répondre

Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
ATTAC Burkina Faso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les délibérations du Consei...
| The meilleur of l 'actualit...
| jaime ma France