Archives pour la catégorie Politique

Emblèmes de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) : Communiqué de Presse.

EEmblèmes de la Ligue Panafricaine - UMOJA (L.P.-U.) : Communiqué de Presse. dans Communiqué Logo_L_P_UMOJA-300x271mblèmes de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) : Communiqué de Presse.

La Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (L.P.C. – U.) informe le grand public de son évolution vers la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P. – U.), à l’occasion de son Assemblée Générale, tenue le 24 juin 2012. La LPC-U continue cependant d’exister en tant que Section territoriale de la LP-U.

Cette évolution logique est dictée par la volonté de s’implanter, en Sections territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine. Elle devient ainsi l’instrument politique idéal, pour fédérer les panafricanistes afin de travailler à l’Unité, l’Indépendance, et la Renaissance du continent africain, pour la mise en place des États-Unis d’Afrique, seul cadre politique capable de mener les luttes nécessaires et indispensables susceptibles d’opérer les changements attendus par nos Peuples

A cette occasion, la LP-U a acquis de nouveaux emblèmes :

I)                   Du logo

  • Les mains liées

     -  Les deux mains qui s’attrapent mutuellement à la base des poignets symbolisent l’union des forces panafricaines

     -  La pression visuelle de l’index symbolise l’idée de cette force qui nous unit en même temps qu’elle indique la nature « forte » de ce lien.

  • Les Étoiles

     – L’étoile à cinq branches est le symbole des cinq continents où se trouvent les Africains. Sa représentation (la pointe vers le haut) et le texte LP-U forment implicitement un triangle rappelant une pyramide.

     – Les deux étoiles jaunes sont le symbole de l’abondante richesse de l’Afrique. Elles sont placées ainsi également pour des besoins d’équilibre et d’esthétique du texte ; la beauté et l’esthétique étant aussi une valeur africaine.

  • Les Cercles

Ils symbolisent la complétude du monde africain.

  • Les couleurs
  1. Le Noir est le symbole du peuple noir; en rapport avec la peau mélanoderme. Il symbolise aussi la renaissance et de la fertilité.
  2. Le Vert symbolise le renouveau, l’espoir, la végétation, la jeunesse, la santé, la nature, la terre.
  3. Le Rouge est le symbole du sang des Africains versé dans les flots de l’histoire (Yovodah, etc.), mais aussi la couleur de la victoire.
  4. Le Jaune est le symbole du Soleil qui caractérise l’Afrique. Couleur Or, il symbole de l’abondance et de la richesse de l’Afrique.
  5. La série des couleurs Vert, Noir, Rouge a été adoptée pour symboliser l’unité des peuples africains.
  6. La série des couleurs Vert, Jaune, Rouge  a été adoptée pour le panafricanisme
  7. Conscients que ces séries de couleurs n’ont pas toujours permis d’unifier les Africains, et soucieux de transformer cette unité dans les faits, notre volonté a été de retenir ces quatre couleurs au sein desquelles, toutes les tendances trouveront leur place.
  • La langue

Nous avons choisi le swahili aux côtés d’autres langues de communication (français, anglais, espagnol, etc.), pour notre logo et notre devise pour marquer notre adhésion aux choix des pères fondateurs du panafricanisme continental de faire du Swahili, la langue panafricaine.Drapeau_LP_UMOJA_Def_D-300x195 Communiqué dans Histoire

II)                Du drapeau

Le drapeau de la LP-U est formé de deux cercles concentriques jaune rouge au centre desquels se trouve une étoile noire, l’ensemble sur un fond vert. Le choix des couleurs et de l’étoile a été motivé pour les mêmes raisons que pour le logo.

III)             De la devise

La devise de la LP-U est  : « Umoja Ni Nguvu  –  L’Union fait la force – Unity is Strength ». L’union des forces panafricaines est un impératif pour les panafricanistes qui œuvrent à la renaissance panafricaine et, qui travaillent à la conquête du pouvoir politique en Afrique, condition sine qua non pour la mise en pratique du projet historique panafricaniste. Notre volonté d’œuvrer ensemble s’exprime à travers cette force (Nguvu) que donne l’union (Umoja).

Le passage à la LP-U est un tournant déterminant pour l’organisation ; cela n’entame en rien son engagement et sa détermination. La LP-U qui continuera de participer aux débats nationaux dans chaque territoire, en étant force de propositions et de changement.

Fait à Paris le 08 août 2012

Le Bureau Exécutif de la LP-U

© pierreboundit — 08 août 2012.

La Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA évolue et devient la Ligue Panafricaine – UMOJA

La Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA (L.P.C-U.) évolue et devient la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P-U.), le 24 juin 2012.

Evolution logique car La Ligue Panafricaine – Umoja (L.P.-U.) a vocation à s’installer, en sections territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine. Désormais, les panafricanistes ont l’instrument politique idéal, destiné à mener les luttes nécessaires et indispensables susceptibles d’opérer des changements attendus par nos Peuples. La L.P.-U. a pour ambition de fédérer les panafricanistes pour réaliser l’Unité, l’Indépendance, et la Renaissance du continent africain, pour la mise en place des États-Unis d’Afrique. Consciente de ce que les idéaux panafricains ne peuvent être réalisés hors du champ politique, la L.P.-U. entend investir le débat public en étant force de propositions, sur des thématiques concrètes qui touchent à la vie des Africains de la Diaspora et du Continent.

Ci-dessous, les Vidéos de la réunion de l’évolution de la L.P.C.-U. en L.P.-U., avec comme modérateur Obambé Gakosso :

 

Vidéo 1 : Intervention du Président de la L.P.-U., Pierre Eboundit
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 2 : Intervention d’Ismaël Sow, membre du Bureau Exécutif de la L.P.-U.
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 3 : Suite intervention d’Ismaël Sow, membre du Bureau Exécutif de la L.P.-U.
Intervention du Secrétaire Général de la L.P.-U., Henda Diogène Senny
Questions de l’assistance – Réponses de la L.P.-U.
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 4 : Réponses de la L.P.-U. aux questions de l’assistance
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 5 : Intervention du Président du COREPA (Congrès de la Renaissance Panafricaine),
Dr Francis Seck Mangouani

Intervention de la Soeur Augusta Epanya de l’UPC (Union des Populations du Cameroun)
Image de prévisualisation YouTube

© pierreboundit — 25 juillet 2012.

Déclaration de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) suite à l’élection de Mme Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union Africaine (U.A.).

Déclaration de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) suite à l’élection de Mme Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union Africaine (U.A.).

Ce dimanche 15 jDéclaration de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) suite à l’élection de Mme Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union Africaine (U.A.). dans Communiqué Nkosazana_Dlamini-Zumauillet 2012 est une date historique pour notre continent. En effet, après plusieurs mois de blocage, plusieurs atermoiements, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma a été élue au 4e tour de scrutin, avec 37 suffrages en sa faveur à la tête de la Commission de l’Union africaine.

La Commission de l’U.A. était dirigée depuis le 29 avril 2008 par Jean Ping, dont le mandat était arrivé à expiration. De 2008 à ce jour, il s’est passé des événements notables sur notre continent, qui ne manque pas de conflits, loin s’en faut. Les deux événements les plus importants qui ont eu lieu sous la présidence de Jean Ping sont sans conteste la crise postélectorale ivoirienne et l’invasion de la Libye. Ces deux événements ont connu leur point d’orgue avec la déportation du président ivoirien Laurent Gbagbo et l’assassinat du guide libyen Mouammar Kadhafi. Situations que la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) a vivement condamné lorsqu’elles se sont produites.

Depuis le retrait officiel des colons occidentaux de notre continent, jamais ils n’avaient osé franchir ainsi le rubicond, en envoyant des troupes bombarder et massacrer les populations africaines et combles de notre impuissance, sous le regard complaisant de l’U.A. symbolisée par Jean Ping et certains chefs d’État de notre continent qui se sont montrés complices de ces situations graves et humiliantes.

Il est aisé de conclure que le bilan de Jean Ping est globalement médiocre (négatif) au regard des crises survenues sous son mandat.

La Ligue Panafricaine – UMOJA a constaté que lorsqu’il s’est agi d’élire le nouveau président de la Commission de l’U.A., les Africains se sont encore une fois – une fois de trop, hélas ! – entre francophones et anglophones. Les premiers soutenant systématiquement le candidat gabonais (Ping) et les seconds se mettant en rangs serrés derrière la représentante sud-africaine (Dlamini-Zuma). Et naturellement, derrière cette apparente opposition « linguistique », comme chacun peut l’imaginer, d’aucuns défendaient la zone d’influence contrôlée par l’ex-puissance colonidrapeau-union-africaine_0 dans Histoiresatrice, perpétuant ainsi l’œuvre traîtrise des intérêts africains.

La Ligue Panafricaine – UMOJA rappelle à tous les dirigeants africains en particulier et à tous les Africains en général que nos barrières linguistiques héritées de la colonisation ne devraient plus constituer des fils de barbelés nous rangeant dans un camp ou dans un autre, sans la moindre considération pour nos intérêts communs qui sont la défense de notre continent, le bien-être de nos populations, la fin des conflits armés et autres soubresauts qui secouent sans cesse nos trente millions de kilomètres carrés. Les enjeux sont tellement importants que le temps que nous passons sans cesse à nous déchirer entre pseudo-anglophones et pseudo-francophones est autant de temps que nous ne passons pas à parer au plus urgent.

La Ligue Panafricaine – UMOJA, tout en saluant l’élection de Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, espère que c’est une nouvelle ère qui va s’ouvrir pour la Commission de l’U.A. car, au regard des crises qui ont précédemment secoué le continent et dont certaines sont encore vivaces, la diplomatie sud-africaine s’est souvent distinguée de la plupart de celles du reste du continent par des prises de position se rapprochant plus de la défense des intérêts africains, plutôt que de jouer le rôle de supplétifs de l’Occident dans son travail de recolonisation de l’Afrique. Il suffit de voir comment l’Afrique du Sud n’a jamais cédé aux injonctions européennes, concernant le dossier zimbabwéen, au cours duquel le président Robert Mugabe n’a jamais été lâché alors que l’Occident ne cessait de prendre fait et cause pour son opposition, pendant que d’autres pays du continent étaient aux abonnés absents.

La LP-U est bien consciente que les enjeux sont immenses et qu’un mandat, un seul, ne suffira pas pour pacifier notre continent. Si l’actualité brûlante exige des solutions conjoncturelles, que l’on ne s’y méprenne pas, les solutions durables aux problèmes qui assaillent l’Afrique, demeurent structurelles. C’est pourquoi il est temps que l’U.A. propose un agenda concret, réaliste et une démarche méthodologique afin de basculer définitivement l’Afrique vers son destin historique :

  • État fédéral,
  • Monnaie commune,Dlamini-Zuma4 dans Politique
  • Défense commune,
  • Intégration de la diaspora historique africaine (Amériques, Caraïbes)…

La démarche globalisante a montré ses limites, il est temps de permettre aux États africains prêts à l’abandon de souveraineté et respectueux des intérêts supérieurs de leur Peuple, de constituer le premier stade de la construction de l’État fédéral, car les temps pressent.

Aussi, ce n’est pas un chèque en blanc que nous signons à l’adresse de la nouvelle présidente de la Commission de l’U.A., mais nous sommes persuadés que c’est une tout autre empreinte que l’on verra, avec cette femme, militante de l’A.N.C. (Congrès National Africain), de longue date. Cette femme qui a connu l’exil du temps de l’apartheid, sait ce que lutter veut dire, elle connaît le combat pour l’émancipation du peuple africain. Membre de l’A.N.C. et travaillant comme pédiatre au Swaziland, la solidarité africaine, elle sait ce que c’est.

La Ligue Panafricaine – UMOJA souhaite bonne chance et plein succès à la nouvelle élue, en demandant à tous les panafricains et panafricanistes de se montrer solidaire d’elle, dans le travail titanesque qu’elle aura à accomplir.

Paris, le 17 juillet 2012

Le Bureau Exécutif

© pierreboundit — 24 juillet 2012.

Nkosazana Dlamini-Zuma, une divine surprise pour l’Afrique digne, par Théophile Kouamouo

Nkosazana Dlamini-Zuma, une divine surprise pour l’Afrique digne,

par Théophile Kouamouo(*)

Ce fut une compNkosazana Dlamini-Zuma, une divine surprise pour l’Afrique digne, par Théophile Kouamouo dans Histoire Dlamini-Zuma-300x189étition âpre, dure, quasiment sanglante. Et, au final, la candidate qui partait perdante a emporté le morceau. La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma est devenue hier la présidente de la Commission de l’Union africaine, en battant le sortant, le Gabonais Jean Ping, avec 37 voix, soit plus de la majorité des deux-tiers requise. Nous le disons très clairement : cette élection, fruit de la ténacité de la diplomatie du pays de Nelson Mandela, de la solidarité sans faille de l’Afrique australe et du courage d’un nombre grandissant de chefs d’Etat du continent, est une excellente nouvelle.

Il s’agit là de la victoire de l’Afrique digne sur l’Afrique soumise, et sur les réseaux françafricains qui n’ont cessé d’agiter le spectre d’une Afrique du Sud «dominatrice et sûre d’elle», voire impérialiste – argument surprenant de la part de certaines personnalités et pays à l’échine particulièrement souple quand il s’agit de suivre, voire de tenter de précéder, les desiderata de Paris et de Washington. Il faut retourner à la genèse de ce combat singulier pour prendre la mesure de l’enjeu de ce triomphe. C’est bel et bien parce que Tshwane (ex-Pretoria) s’est sentie excédée par l’incapacité de l’administration Ping à dire non aux prétentions occidentales en 2011, lors des aventures impériales de Côte d’Ivoire et de Libye, qu’elle a décidé de mettre toutes ses forces dans la bataille pour le mettre hors d’état de nuire, et se donner les moyens d’un leadership dont l’objectif est très clairement de dire la parole singulière et indépendante d’une Afrique qui veut plus que jamais s’affranchir et assumer sa destinée dans le cadre de la mondialisation. La candidature sud-africaine est née de notre pétrification à tous devant les insensés bombardements sarkoziens sur la Résidence du chef de l’Etat de Côte d’Ivoire et de l’image traumatisante de la dépouille déshonorée d’un Guide libyen vaincu, pas par son peuple, mais par l’OTAN. Le spectaculaire affaiblissement de Ping ces derniers mois est un signe des temps. L’Afrique peut changer. L’Afrique peut oser.

Femme politique compétente, militante crédible

«Quand les temps sont durs, vient le temps des durs». Dans ces temps qui tanguent où les Etats du continent sont menacés d’implosion par l’impérialisme occidental et l’esprit de conquête des islamistes, dans ces temps où Muammar Kadhafi, le mécène fantasque, est mort assassiné par les ennemis de l’Afrique, il faut une personnalité forte et compétente, soutenue par un pays puissant, pour relever nos têtes. Nkosazana Dlamini-Zuma est cette personnalité-là. L’Afrique du Sud est ce pays-là.

L’Afrique du Sud est un pays industrialisé, une figure forte du groupe des pays émergents qui montent sur la scène internationale, les fameux BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – et que le continent ne peut plus ignorer dans un contexte d’affaiblissement inexorable d’un Occident par ailleurs de plus en plus belliqueux. Dlamini-Zuma est à la fois une femme politique compétente et une militante crédible de la cause africaine. Son pedigree parle pour elle. Actuelle ministre de l’Intérieur, elle a remis de l’ordre dans un département particulièrement mal géré, selon de nombreux observateurs. Elle est louée pour sa rigueur et sa capacité à s’entourer de collaborateurs de qualité. Quand elle était ministre des Affaires étrangères sous Thabo Mbeki, elle a été le principal artisan de la «diplomatie tranquille» en direction d’un Zimbabwe que les Occidentaux étaient prêts à déstabiliser pour faire payer à Robert Mugabe sa politique de redistribution des terres. Courageux ! C’est elle qui a cogéré le dossier ivoirien à partir de novembre 2004 et remis sur pied le processus de paix là où la France officielle, alors incarnée par Jacques Chirac, avait juré la perte de Laurent Gbagbo. Nkosazana Dlamini-Zuma est également créditée d’un franc-parler rafraîchissant dans le morne cénacle de la diplomatie continentale. Elle refuse par exemple l’opposition permanente et stérile entre francophones et anglophones. Verbatim : «On applique des programmes convenus par tous, donc on ne consulte pas les anglophones et les francophones. On prend ce qui est décidé collectivement et on l’applique sans crainte et sans faveur. Je ne suis pas anglophone, je suis zouloue».

De nombreux défis à l’horizon

Comme à son habitude, la délégation sud-africaine a manifesté sa joie hier par des pas de danse. Mais la tâche de Dlamini-Zuma sera difficile, et les chausse-trappes seront nombreuses. Il faut à tout prix éviter que l’Union africaine subisse le sort de la Ligue arabe, totalement neutralisée par qui on sait, au point que  le Moyen-Orient est devenu l’arrière-cour de l’OTAN sans que personne ou presque ne s’en offusque. Dlamini-Zuma hérite de plusieurs dossiers particulièrement complexes. Le Mali d’abord. Pris au piège du Grand Jeu, face à une rébellion (le MNLA) soutenue par Paris et par des islamistes armés appuyés par le Qatar, grand allié de l’Occident dans la guerre de remodelage du monde arabe, affaibli par les querelles politiciennes bamakoises, le pays de Soundjata Keïta a besoin d’aide. Mais comment l’aider ? La République démocratique du Congo, ensuite. Qui délivrera ce pays-trésor des «nouveaux prédateurs» qui s’appuient sur le voisin rwandais pour se livrer à leur pillage continu ? Comment prévenir un conflit au Togo en choisissant de faire avancer la cause de la démocratie ? Comment prévenir une nouvelle guerre en Côte d’Ivoire en utilisant les leviers de la diplomatie préventive ? Quelles recettes utiliser en Somalie, inquiétant «no man’s land» ? Comment conjurer le spectre d’une nouvelle «guerre de pauvres» entre les deux Soudans ? Pour réussir, la nouvelle présidente de la Commission aura besoin du soutien continu des Etats à qui elle doit son élection, des Etats qui se rallieront à son panache, mais également des leaders d’opinion continentaux auxquels il faudra expliquer les grands enjeux sans langue de bois. Pour qu’enfin le combat pour l’unité africaine devienne une cause populaire.

Théophile Kouamouo

(*) Source : http://www.nouveaucourrier.info/2012/07/16/dlamini-zuma-une-divine-surprise-pour-lafrique-digne-par-theophile-kouamouo/
© pierreboundit — 17 juillet 2012.

Autocritique du M22 : Conférence-Débat du 17 mai 2012 à Brazzaville.

 Vidéo de la Conférence-Débat du 17 mai 2012 tenue à Brazzaville, sur le

 livre « Autocritique du M22 ».

Écrit en mai 1972 au maquis de Goma Tsé-tsé, par Ange Diawara, Jean-Baptiste Ikoko, Jean-Pierre Olouka et Jean-ClAutocritique du M22 : Conférence-Débat du 17 mai 2012 à Brazzaville. dans Histoire Couv01-300x236aude Bakékolo, le texte « Autocritique du M22″ a circulé pendant 40 ans sous le manteau.Sa publication récente par les Éditions L’Harmattan, le rend accessible à un public plus large. Comment construire une organisation politique pour un profond changement social ou Révolution ? État post-colonial peut-il garantir une réelle souveraineté du pays et assurer son développement et la justice sociale ? Comment comprendre la notion de l’OBUMITRI, Oligarchie Bureaucratico-Militaro-Tribaliste, c’est-à-dire la poignée d’individus autour du chef de l’exécutif gérant les ressources du pays comme leur patrimoine personnel, au nom de leur espace ethnique, en complicité avec les puissances étrangères. Toutes ces questions ont été présentées et discutées à cette Conférence animée par Messieurs : Atondi-Lecas Monmondjo, Batantou Oumba Félix et Matondo Kubu Touré

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Auto_M22-188x300 Afrique Centrale dans Politique

Le M22, mouvement révolutionnaire, tire son nom du putsch manqué le 2Couv_Quatr-184x300 Ange Diawara dans Societe2 février 1972, contre l’Oligarchie Bureaucratique Militaire et Tribale au pouvoirau Congo-Brazzaville. Ce livre est un matériau de première main de l’histoire immédiate, mais aussi une formidable source d’enseignements quand on voit les turpitudes d’une classe politique dont les principales caractéristiques sont l’inconstance et le reniement permanent.

 

 

 

 

 

 

 

© pierreboundit — 03 juin2012.

Vidéo : Henda Diogene SENNY, Secrétaire Général de LPC-UMOJA : Colloque sur l’Impasse Démocratique en Afrique Centrale : 9/06/12 – Montreuil

Position de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA :

Par Henda Diogène SENNY,
Secrétaire Général de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U)


Image de prévisualisation YouTube

© pierreboundit — 11 juin 2012.

 

L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique, par Henda Diogène SENNY.

Contribution de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA (LPC-U) au Grand Meeting Européen de l‘Afrocentricité et du Pan-Africanisme du 12 et 13 mai 2012 à Paris, organisé par Afrocentricity International (A.I.)

Thème d’intervention :

« L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique. »

     I.            Remerciements.

Je voudrais, tout d’abord, au nom de la Ligue Panafricaine du Congo  -  UMOJA (LPC-U) dont les membres du Bureau sont présents dans cette assemblée, remercier les Sœurs et les Frères qui se sont investi dans l’organisation de cet évènement. L’engagement militant exige de nous beaucoup de sacrifices, c’est ici l’occasion de remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris sur eux pour sa réussite.

L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique, par Henda Diogène SENNY. dans Culture Diog%C3%A8ne-Senny_Ama-Mazama-300x199

Diogène SENNY et Ama MAZAMA

Ensuite, je tiens à préciser que mon intervention, n’est pas une analyse personnelle destinée à nourrir la réflexion contemporaine du Panafricanisme. Mon intervention est l’analyse qui sous-tend l’action réelle, concrète et décisive d’une organisation, la Ligue Panafricaine du Congo  -  UMOJA.

Par conséquent, par ma voix et ma modeste personne, chères Sœurs et chers Frères, vous avez une organisation qui se bat depuis deux ans clairement sur des positions laissées libres ou abandonnées par nombre de Panafricains. Nous venons donc lancer un appel, faire prendre conscience et espérer qu’une nouvelle ère pour les Panafricains est arrivée, c’est-à-dire le temps de l’action politique et de la conquête du pouvoir.

Venons-en à notre analyse.

Il nous a été demandé de faire une analyse sur le thème suivant : « L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique ».

Nous ferons rapidement un état des lieux sur la place du Panafricanisme politique dans l’échiquier politique africain et nous présenterons les propositions de la LPC-U. (suite…)

Grand Meeting de l’Afrocentricité à Paris, le Secrétaire Général de la LPC-U, Henda Diogène SENNY défend les positions de son organisation.

Thème d’intervention :
L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique
.

Par Henda Diogène SENNY,
Secrétaire général de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U)

Image de prévisualisation YouTube

 

© pierreboundit — 16 mai 2012.

Congopage : La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse

La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse

samedi 5 mai 2012

Congopage : La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse dans Général e2113c0dd7640caa8ec202f072de414d

Le bureau de la Ligue : Diogène Senny, Pierre Eboundit, Marlette Kyssama-Nsona

Comprendre les mécanismes de l’aliénation à laquelle sont sujets nos Etats africains n’est pas chose évidente. La ligue panafricaine du Congo (LPC UMOJA) , selon son bureau, a, entre autres vocations, éclairer le citoyen lambda sur la façon dont se sert l’Etat colonial, la France, dans ce marché de dupes qu’est le Franc Cfa, ce depuis 1947. C’est la problématique posée par son bureau qui a convoqué une conférence de presse les 7 et 8 avril 2012 à Paris.

La dette

Prenons l’exemple de la dette. Le constat amer est que l’ancienne puissance coloniale se sert de l’Afrique pour lui tirer les marrons du feu. La dette étant une notion générique, la Ligue fait la distinction entre dette odieuse, illégitime celle-là, et dette légale, rite économique normal. La dette odieuse est celle qui enrichit les dirigeants africains et les créanciers européens qui, somme toute, reprennent de la main gauche ce qu’ils donnent de la main droite, le tout dans un cynique jeu de complicités : point de corrompus sans corrupteurs et, vice versa.

On s’endette pour acheter des armes

Odieuse, cette dette l’est effectivement, car, en plus d’enrichir bailleurs et débiteurs, elle a permis, d’acheter des armes (pendant les récentes guerres civiles au Congo) qui ont servi à massacrer, en définitive, les Congolais au nom desquels ces dettes ont été contractées. C’est indiscutable : il faut sortir du Fcfa, créer sa propre monnaie. L’Angola (on peut critiquer son régime), la Ghana, le Nigeria l’ont fait. Qui doit qui ? Qui doit à qui ? Comment comprendre que malgré tous les dépôts effectués par les Etats de la zone CFA à la Banque de France depuis les années 1940, ce sont ces Etats qui soit débiteurs de la France et non l’inverse. Selon les lois simples de l’arithmétique c’est à la France de rembourser aux Etats africains. Quand le fera-t-elle ? La clé de cette arnaque se trouve dans une véritable union des Etats africains. « Divisés, nous sommes faibles, unis nous sommes forts » estime La Ligue. Faut-il une monnaie unique africaine pour parer l’escroquerie française que symbolise le Franc CFA ? Cela va sans dire.

Armée interafricaine

La Ligue qui n’est pas panafricaniste pour rien, préconise également qu’il y ait une armée interafricaine, ce qui ôterait l’envie au premier général noir venu de faire un coup d’état car il se mettrait à dos toute l’armée des Etats-Unis d’Afrique. Vous imaginez un général américain faire un coup d’état sans se mettre à dos l’armée fédérale ? Les officiers Guinéens et Maliens qui se sont amusés à faire des putschs font partie d’un scénario inimaginable dans un contexte militaire interafricain. L’idée même de réaliser un coup de force en Côte d’Ivoire s’éloignerait des casernes quand celle-ci sont dirigées par des généraux Congolais ou Mozambicains.

Les Etats-Unis d’Afrique

Le concept (les Etats-Unis d’Afrique) n’est pas nouveau. Déjà dans les années 1950, Barthélémy Boganda le préconisa. L’union fait la force ; par conséquent, pour faire face à la…mondialisation, rien de tel que réclamer une véritable indépendance, comme, par exemple, sortir du CFA. Toute la question de la désaliénation se situe peut-être là. Youlou, homme d’église, Léon Mba combattirent le leader centrafricain, Barthélémy Boganda (également homme d’église) dont les idées, malgré tout, furent reprises par un autre panafricaniste, Abel Ngoumba, récemment décédé. Depuis ce refus unitaire, les Africains paient leur replis nationaliste.

Langue commune

Il ne s’agit pas seulement de l’armée : le concept panafricain doit concerner aussi la langue commune à tous les Etats du continent noir. S’agira-t-il du swahili, de l’haoussa, du lingala ? En attendant de trouver l’outil commun, il y a lieu d’introduire les langues maternelles dans la scolarisation des enfants. Le français, langue non maîtrisée en milieu rural, ne permet pas à l’enfant d’acquérir des connaissances. Assurément, les ravages de l’ethnologie coloniale seraient sans efficace si l’instruction, facteur de la prise de conscience, était totale. Si les Congolais avaient seulement lu les travaux des égyptologues, ils auraient appris que les populations d’Afrique Centrale et d’Afrique du Sud ont un ancêtre commun, le proto-bantou. Par conséquent le tribalisme est une aberration ; dire que les sudistes sont plus (ou moins) intelligents que les nordistes est un non-sens psychopédagogique. Voilà pourquoi, les militants devraient se rassembler non pas en fonction des affinités ethniques mais selon les projets politiques. Les partis formés sur la base régionaliste font en général long feu. De ce fait la crédibilité de nombre de leaders est mise en doute parce que, retournement de veste, leur militantisme sur la place de Paris donne suite à une collaboration au régime en place une fois rentrés à Brazzaville.

Théophile Obenga

La négation de ses convictions : serait-ce le cas de Théophile Obenga, grand panafricaniste aujourd’hui en collusion avec un pouvoir loin de s’inscrire dans la droite ligne de Lumumba, Kwamé Nkruma ou Barthélémy Boganda ? « Sa route a bifurqué » a admis, en substance, le bureau de la Ligue. Mais force est de reconnaître (a poursuivi le bureau) que Théophile Obenga a contribué au combat, en l’occurrence celui de Cheick Anta Diop. Il a, du reste, payé cher son positionnement panafricaniste, puisque banni de l’encadrement universitaire français, à l’inverse des chercheurs comme Elikia Mbokolo.

Position de la LPC UMOJA

Cela dit, quelle est la position de la Ligue dans le champ politique congolais ? « On n’est pas un parti politique, on est une force de propositions » avouent les conférenciers. «  La ligue doit dépasser les chapelles  », estime-t-on. «  Il y a une manie chez nombre de Congolais, celle de la suspicion lorsqu’on ne va pas dans la même direction qu’eux  » déplore le bureau. Parti avant-gardiste, La Ligue regrette de ne pas occuper le devant de la scène depuis le temps qu’existe l’idée panafricaniste.

Consignes de vote

Quant aux consignes de vote, la Ligue dit clairement aux Français d’origine congolaise de prendre leurs responsabilités. De toute manière ce n’est pas La France qui sortira nos pays du joug de la crise. Un coup elle bombarde en Côte d’Ivoire ; un coup elle laisse bombarder au Mali. Moralité : il faut compter sur ses propres forces pour se désaliéner.

L’extrême-droite

Marine Le Pen aurait-elles les mêmes analyses que La Ligue sur le Franc CFA, monnaie qu’il ne faudra plus arrimer à la Banque de France ? Qu’on ne se leurre pas. Naïve serait l’attitude qui consiste à croire que l’extrême-droite se soucie du sort des Africains, un peuple racialement discriminé par le père de Marine Le Pen.

Aventuriers des temps modernes

Coup de chapeau au bureau de la Ligue pour avoir mené avec brio les débats : Pierre Eboundit, Senny Diogène, Kyssama Nsona, Obambi, les « aventuriers des temps modernes » Ce sont ceux qui sortent des sentiers battus qui changent la face du monde, a fortiori s’ils sont sincères dans leur combat.

Conclusions

Prochain rendez-vous le 2 juin 2012 ; colloque à l’IREA : thème de discussion « Les armées africaines », sujet en relation avec les explosions du 4 mars à Brazzaville dans une caserne située au cœur d’habitations civiles.

JPEG - 161.8 ko
Pierre Eboundit, Président de la LPC Umoja
JPEG - 182.7 ko
Marlette Kyssama-Nsona : chargée de la prospective et de la formation

Ont répondu aux questions de l’auditoire :

Marlette Kyssama-Nsona : Secrétaire, chargée de la Prospective et de la Formation

Henda Diogène Senny : Secrétaire Général, chargé de l’Organisation et la Communication

Pierre Eboundit : Président

La modération a été assurée par Obambé Gakosso : Secrétaire Général-Adjoint, Porte-parole

http://lpcumoja.unblog.fr/2012/05/

Source : http://www.congopage.com/La-Ligue-Panafricaine-du-Congo

 

© pierreboundit — 07 mai 2012.

 

Conférence de presse de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA, suite aux Universités des 7 et 8 avril 2012 à Paris

Image de prévisualisation YouTube

Ont répondu aux questions de l’auditoire :
Marlette Kyssama-Nsona : Secrétaire, chargée de la Prospective et de la Formation
Henda Diogène Senny : Secrétaire Général, chargé de l’Organisation et la Communication
Pierre Eboundit : Président

La modération a été assurée par Obambé Gakosso : Secrétaire Général-Adjoint, Porte-parole

Ci-dessous, Vidéo de la Déclaration finale des Universités de la LPC-U

Image de prévisualisation YouTube

 

© pierreboundit — 02 mai 2012.

12345...10

Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
ATTAC Burkina Faso |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les délibérations du Consei...
| The meilleur of l 'actualit...
| jaime ma France